Agnès, Marie-Claire et l’empathie