Base de données : l’horreur possible