L’UFMLS DEMANDE LA RECONNAISSANCE DE L’ÉTAT DE CATASTROPHE NATURELLE