Vous avez dit, reprise des négociations ? » réponse à Marguerite Cazeneuve.

Jérôme MartyMarguerite Cazeneuve bonjour,

 

Tout était hors sol dans ces négociations et vous le savez.

1/ Des négociations qui au départ n’abordaient que de façon subalterne la question des rémunérations.

2/ Des séances plénières sans documents ou datas/données jamais fournis à l’avance.

3/ Des présentations présentées en séance « ni fait ni à faire ».

4/ Des bilatérales ou seules les propositions de la CNAM étaient présentées sans jamais de véritables échanges au sein d’un périmètre de discussion et d’une classification des priorités définis par la seule CNAM.

5/ Des axes tabous pour la CNAM qui sonnaient comme autant de volonté de discussion dans son seul périmètre par exemple : le secteur 2, j’y reviendrai.

6/ Un piège mortifère construit par la verticalité, Macron décide (conseillé par une équipe faite de personnalités qui ne représentent en rien l’exercice de plus de 95 % des libéraux), Braun relaie, la pensée de l’être solaire, le directeur de l’assurance maladie exécute ce qui est de fait devenu un dogme (on se souvient du « le président a décidé que »). Dans cette verticalité il n’y a aucune place pour le concept même de négociation paritaire.

7/ Un parlement qui (avec l’onction présidentielle) shunte les négociations au travers de PPL très « préparées » en amont entre Renaissance, Horizon, le PS ou ce qu’il en reste, les LR etc. qui vont autoritairement modifier l’organisation même de la profession médicale libérale en s’attaquant à ses fondements mêmes.

Actions dont l’assurance maladie est parfaitement au courant.

8/ Des idées fausses ou manipulatoires parce que partielles, relayées par l’assurance maladie : « les jeunes ne veulent pas s’installer en libéral » sans aborder la cause (ce qu’il est advenu du libéral après les 30 dernières années de conventions) avec la volonté d’en faire des éléments de fondations de l’idéologie qu’elle défend : problème, on ne construit pas sur des éléments manipulatoires ou partiels à moins de baser sa construction sur le viol du partenaire.

 

Comment en sortir ?

D’abord en posant quelques évidences :

1/ La construction commune passe par des règles communes qui ne peuvent être respectées qu’au sein d’un vrai partenariat.

Respecter son partenaire, c’est lui fournir les éléments de travail des jours avant chaque réunion mais aussi les datas/données qu’il demande (datas qui ne sont pas, rappelons-le, la propriété de l’assurance maladie)

2/ Tous les axes de réflexions doivent être abordés et pour cela, les représentants des médecins doivent être considérés comme des experts ( au moins ceux-là sont connus et face au partenaire assurance maladie, à la différence de ceux agissant dans l’ombre auprès du président de la république avec ou sans succès) et leurs orientations se doivent donc d’être étudiées et toute opposition doit être argumentée autrement qu’avec des haussements d’épaules, des regards au ciel, ou des « ce n’est pas notre orientation ».

3/ Si le directeur de l’assurance maladie à mandat pour vraiment négocier il faut le dire, si tout se décide au château puis au parlement, également.

4/ Il faut sortir de la logique folle de l’ONDAM au moins pour le fait tarifaire.

4’/ Si l’assurance maladie ne dispose pas des possibilités économiques suffisantes pour permettre un développement réel de la médecine libérale, alors, ce qui existe pour les spécialistes d’organes et à PTL doit être permis à tous les MG : l’accès au S2 doit être ouvert à tous.

Lorsque le directeur de l’assurance maladie limite les hausses tarifaires à 1€50, à des consultations complexes limitées en nombre ou des actes encadrés et limités, le constat doit être fait qu’il n’y a pas de possibilité ou de volonté de permettre le développement économique de la médecine libérale. L’ouverture du S2 à tous doit donc être explorée, de fait, Raymond Barre n’était pas un ultra libéral et pourtant…

5/ Il faut construire des « blocs de négociation » et non une « négociation générale » brouillonne et … voir plus haut.

Ces blocs de négociation doivent être déclinés les uns après les autres au sein d’un calendrier défini avec la profession.

Exemple : le numérique, les discussions doivent aller bcp plus loin que la téléconsultation ou la télé-expertise, la révolution de l’IA et ses conséquences doivent être abordées.

6/ Sans doute le point le plus important…

L’assurance maladie doit retrouver son statut de droit privé, ou d’organisme réellement indépendant.

 

La justice est « normalement » indépendante de toute influence politique, il doit en être de même pour l’assurance maladie qui ne doit plus, par la loi, être passeur de plats….

Dans l’attente et parce que malgré toutes les bonnes volontés, les attaques contre la médecine libérale vont continuer… : https://deconventionnement.fr

 

Docteur Jérôme Marty

Président de l’UFML Syndicat

7 Commentaires
  1. BOUSCAU-FAURE 12 mois Il y a

    Bravo.

  2. Christophe JUNIOT 12 mois Il y a

    Bravo !
    C’est franc du collier, décomplexé (pas de « M. le Président » Macron, pas de « Mme la Conseillère Cazeneuve »… et ça a le mérite d’être factuel, argumenté et clair.
    Je me doute que ça ne passera pas la barrière cérébrale de l’interpelée puisque rien ne passe dans ce gouvernement et cette CNAM de sourds et aveugles mais malheureusement pas muets.
    Cordialement,

  3. Damien HATON-PIETRIN 12 mois Il y a

    Bonjour J’ai une idée à proposer pour une véritable refonte de l’ensemble.
    Pour sauver l’Hôpital il faut qu’il s’ouvre à l’exercice des libéraux en ouvrant les plateaux techniques. L’exemple du fonctionnement canadien est je pense un axe de réflexion.

    Tous les Chirurgiens ou les Médecins faisant des actes nécessitant un plateau technique ont l’accès (obligatoire au canada, mais en libéral pure a hauteur de plus de 1000$ canadiens) et ont une redevance de 4 à 5% qu’ils versent à l’Hôpital.

    Ceci évitera l’hégémonie des cliniques privées dont les trois grands groupes mais surtout Ramsay. Car l’argent de nos cotisations sociales partent alimenter un fond de pensions australien. Tout le monde le sais mais personne ne s’offusque?

    De plus ceci donnerai plus de pouvoir à notre profession libérale en terme de décisions stratégiques. Tous les Libéraux qui ont besoin d’un plateau technique pourront ainsi exercer leur spécialité ou sur spécialité et augmenter ainsi l’activité hospitalière.
    De plus, selon le modèle canadien, les gardes seraient assurées entre libéraux et hospitalier donc une assurance pour les gardes et astreinte et éviter de plonger les hospitaliers dans le burn out comme nous l’avons vécu durant la crise.

    Ce qui permettrait un accès aux soins quasiment sur tout le territoire.

    Toute la profession travaillerais la main dans la main et la qualité des soins restera le point fort de la Médecine Made In France.

    Voilà,
    Si cette idée vous intéresse nous pouvons aussi la creuser et l’améliorer.

    De toute façon la notion de conventionnement est devenue illusoire.

    Soyons force de décision et non plus force de proposition.

    Bien confraternellement à tous.

    Dr Damien H. PIETRIN

  4. HADJADJ 12 mois Il y a

    bravo
    mais peut on aller plus loin par exemple sortit le honoraires médicaux de consultation de l enveloppe de la SS ce qui nous permettrait de redevenir déjà des libéraux par la liberté des honoraires

    les forfaits les reco jusqu’ ‘où ??? A PART ETRE DES MAUVAIS M2DECINS QUI PRESCRIVONT TOUT ET N IMPORTE QUOI ET SURTOUT DES ANTIBIO jusqu’ où ira cette atteinte a la liberté de prescription
    nous finissons la carrière dans de bien triste conditions

    PH

  5. BOZON GONNET 12 mois Il y a

    impeccable ! tout est dit et si bien dit !
    merci de nous défendre

  6. FOESSER 12 mois Il y a

    Monsieur Marty, chapeau bas!
    Fabien Foesser, MG libéral depuis 35 ans.

    • Jacquemin 11 mois Il y a

      Merci Jerome Marty de vous battre pour nous. tellement désolée que la profession ne se bougne pas davantage. Quelle soumission et indignité!

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2024

Ouvrir la discussion
1
Besoin d'aide ?
Scan the code
Bonjour,

comment puis-je vous aider ?

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?