27 novembre : le vote de la honte

Jerome Marty

Jerome MartyLe Tiers payant Généralisé a été réintroduit dans la loi de modernisation de la santé ce jour, une fois de plus.
Ce non-évènement marque une étape de plus dans la lutte que nous menons contre la loi de modernisation du système de santé. Loi de destruction de la médecine libre et individualisée.

Il n’y a pas de place pour la désespérance ou le doute, nous savons depuis deux ans que notre adversaire usera de tout ce qui est en son pouvoir pour imposer la solution d’un calcul politique.
Nous avons vécu les mensonges, les manipulations, les insultes, l’ignorance, le mépris, la bêtise, les menaces…Nous n’avons pas reculé…
Nous avons subi l’idéologie, le dogmatisme, le carriérisme. Nous n’avons pas reculé.
Nous avons découvert la vulgarité des pratiques, la vilénie, le déshonneur. Nous n’avons pas reculé.

Ce 27 novembre, jour d’hommage aux victimes des attentats du 13 novembre où la République montrait son plus beau visage, la loi de modernisation de la Santé était discutée à l’Assemblée nationale. En ce jour d’union sacrée, l’avenir de la médecine de France était, par la volonté de sa ministre, une zone de non-droit au respect.
La vulgarité du moment aura longtemps le visage d’une volonté individuelle.
Quels que soient le moment, l’état d’avancement de la loi, nous ne reculerons pas.
Les valeurs se jouent de l’instant, les valeurs se jouent du temps. Notre combat, notre résistance, notre devoir de liberté sont là devant nous, encore et toujours …
Ces quelques mots étaient le poème préféré dit-on de Nelson Mandela, ils nous rappellent que l’avenir est nôtre…

« Dans les ténèbres qui m’enserrent,
Noires comme un puits où l’on se noie,
Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,
Pour mon âme invincible et fière.

Dans de cruelles circonstances,
Je n’ai ni gémi ni pleuré,
Meurtri par cette existence,
Je suis debout bien que blessé.

En ce lieu de colère et de pleurs,
Se profile l’ombre de la mort,
Et je ne sais ce que me réserve le sort,
Mais je suis et je resterai sans peur.

Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme. »

 

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

©2018

Logo UFML SYNDICAT 144Merci de visiter notre site.

Aidez-nous à défendre vos droits et notre profession !

Par exemple, en vous inscrivant à notre newsletter.

 

 

Logo UFML SYNDICAT 144

Comment agir pour qu’il y ait ENFIN une vraie Révolution de la Gouvernance du système de santé en France ?

Devenez membre de notre Syndicat  !

Bouton rejoignez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?