, ,

L’UFML-Syndicat appelle la profession médicale à se préparer à un conflit majeur. Communiqué de presse UFML-Syndicat, le 21 mars 2019

,

Les discussions en cours à l’Assemblée nationale montrent chaque jour un décalage plus important entre la représentation nationale et les médecins de terrain. 

 

La volonté d’instituer une coercition à l’installation n’a jamais été si importante et fait exploser les clivages entre les partis politiques.

Face aux questionnements de leurs administrés devant des difficultés d’accès au soin toujours plus grandes du fait des politiques économiques et sanitaires des trente dernières années, de très nombreux députés répondent par l’électoralisme et transforment les conséquences des actes politiques passés en causes par la désignation des médecins comme victimes expiatoires. 
 
Dans le même temps, la loi de santé « Ma Santé 2022 » ne résout rien, et donne aux médecins une responsabilité territoriale sans moyen et sous une gouvernance toujours plus importante et monopolistique des ARS.
 
La profession médicale est vendue à la découpe par le morcellement de ses actes propres livrés à d’autres professions :
« Actes simples » et prescriptions de traitement jusque là délivrés sur prescriptions médicales, libres, pour les pharmaciens, ainsi que le renouvellement et la modification d’ordonnance pour des patients chroniques et polypathologiques. 
Proposition de rendre opposable la désignation d’un médecin traitant par la CPAM sous saisine d’un patient.
Lien étroit entre les Communautés professionnelles de territoire, Groupement hospitalier de territoire et création d’hôpitaux périphériques qui étendront des équipes médicales vers l’activité des médecins de ville. 
Développement du paiement à l’épisode de soin ou au parcours de soin annoncé comme mode de paiement majoritaire en 2022, qui assujettira la médecine de ville au GHT dépositaire de l’enveloppe de leurs rémunérations.
Subventionnement d’assistants médicaux contre une augmentation des cadences de soin sous la condition d’entrée dans le modèle CPTS dès lors imposé.
 

L’UFML-Syndicat constate la volonté d’étatisation du système avec une main mise de l’Etat et de ses relais sur une médecine de ville dont la disparition du modèle semble être programmée par la doxa. Les enjeux de santé publique et l’exercice de la médecine libérale sont confondus.

Le mépris institutionnel exprimé à maintes reprises ces derniers jours à l’égard des plus jeunes comme des médecins seniors ne pourrait s’imaginer à l’égard d’autres professions.
Le projet de certification des médecins libéraux, en priorité ceux nouvellement installés, organisé autour d’un stage de 15 à 30 jours (c’est à dire 10 % des 300 jours d’exercice moyen annuel) et de stages obligatoires pour ceux qui ne répondraient pas aux normes, est dangereusement réfléchi sans les acteurs concernés.
 
Les médecins sont un des derniers ciments sociétaux, initiateurs de développement économique. Ils sont indispensables à la solidité du pacte social.
 
Depuis des années, ils vivent un exercice rendu chaque jour plus difficile du fait d’une gestion par rustine qui masque les responsabilités directes de la gouvernance du système.
Les médecins n’ont pas à culpabiliser. Ils n’ont aucune responsabilité dans la situation souvent dramatique que rencontrent les Français. Dans l’immense majorité des cas, ils font face et l’épuisement professionnel devient banal.
Rien n’est fait pour envoyer le signal d’un réel investissement dans une politique de la ville et de médecine de ville, ni pour recréer la confiance entre médecins et administration, patients et administration. A l’inverse, tout est fait pour détruire la confiance entre patients et médecins. Rien n’est fait pour donner plus de responsabilité aux médecins, aux soignants au sein d’une gouvernance partagée et pour ouvrir la gouvernance du système aux soignants et aux patients.
 

Face à ce constat, l’UFML-Syndicat demande à la profession de se préparer à un mouvement d’ampleur inédite. 

 
Contact presse UFML-S : Véronique Molières – 06 82 38 91 32
Dr Jérôme  Marty : Président        Dr  Valérie  Briole : Secrétaire  générale
Dr Lamia  Slitine : Trésorière
Dr Paule-Annick Ben Kemoun      Dr  Jacqueline Goltman    Vice présidentes
Dr Franck Chaumeil                         Dr  David Schapiro             Vice Présidents
Dr Maxime Balois                              Dr Henri Guérini                Vice Présidents
Dr Stéphan Meller : Secrétaire général  adjoint
Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2019

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

Logo UFML SYNDICAT 144Merci de visiter notre site.

Aidez-nous à défendre vos droits et notre profession !

Par exemple, en vous inscrivant à notre newsletter.

 

 

Logo UFML SYNDICAT 144

Comment agir pour qu’il y ait ENFIN une vraie Révolution de la Gouvernance du système de santé en France ?

Devenez membre de notre Syndicat  !

Bouton rejoignez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?