Actes médicaux inutiles: de l’exploitation d’une chimère

Passée la stupeur, il est temps de répondre.

La FHF a acheté un sondage à la société ODOXA, le thème était : la pertinence des actes et examens médicaux.

L’enquête réalisée selon la méthode des quotas auprès de 983 Français, 442 médecins, 134 directeurs d’hôpitaux entre le 14 septembre et 16 novembre 2017. Les médecins sont à 70 % libéraux, 30 % hospitaliers, 70 % généralistes et 30 % d’autres spécialités (au prorata de leur fréquence dans la population).

Première réflexion, la FHF , fédération hospitalière de France a demandé à ODOXA de cibler la médecine libérale et, au sein de celle-ci les médecins généralistes, pourquoi ?

Neuf médecins sur dix reconnaissent « qu’il leur arrive personnellement de prescrire certains actes qui après coup leur semblent injustifiés ».
« 28 % déclarent en faire régulièrement».

« Avant coup » l’examen était justifié, «après coup » il ne l’était plus. Faut il préciser que le patient a été examiné «avant coup » sans l’élément précisé par l’examen ou l’acte « après coup »?
Mais si le patient avait été examiné avec la notion apportée« après coup », alors le médecin aurait pu passer directement à l’étape suivante du cheminement diagnostique…
Vous avez dit injustifié ?

« Les trois quarts des Français jugent que les actes médicaux (échographies, radios, IRM, opérations, traitements) non justifiés sont un problème important sur notre territoire. »

Le fait que les Français n’aient strictement aucun outil de perception de la réalité de la question posée est ici subalterne, le propre d’une société de sondage est de fournir à son client les réponses qu’il attend.
L’institut de sondage prépare donc sa cible à répondre à une question dont il ne peut par essence avoir la réponse.

« 77 % des Français pensent que la lutte contre les actes médicaux injustifiés permettrait de faire des économies. »

Vieille technique de manipulation, on crée une chimère ( la supposition de l’importance des actes injustifiés) et on lui donne vie par la possibilité d’économies réalisées en tuant la chimère…

« 8 Français sur 10 se prononcent pour l’obligation  d’un second avis médical avant certains actes lourds et coûteux…»

Pour être exact et s’extraire de la manipulation de la FHF ( qui a commandité l’étude et donc orienté les questions), il faut rappeler que 8 Français sur 10 ne pensaient pas à ce 2 ème avis , dont par ailleurs ils n’avaient que faire, une minute avant qu’on leur présente cette possibilité…
Soyons clairs: vous devez subir une lourde intervention, et pour celle-ci remettre votre vie entre ces mains gantés de caoutchouc et Mr Odoxa missionné par Mr FHF vous dit: « Vous ne voudriez pas demander à un autre médecin pour être sûrs? » Vous ne voulez pas rejouer?
Qui ne rejouerait pas, une fois, deux fois, trois fois…?

Quel est donc le but de cette curieuse question qui n’aborde nullement, le coût, les modalités de remboursements, les limites d’une telle idée? … ( rappelons qu’il existe une « jurisprudence commerciale» à 295 euros le 2eme avis sur dossier : plus de 10 fois la consultation d’un généraliste sans examiner le patient). Serait-ce la volonté de centraliser la prise de décision aux seuls Groupements Hospitaliers de Territoires ?

« Les Français de 64 % à 72% pensent notamment qu’une autre rémunération des professionnels de santé et des hôpitaux serait « juste », « efficace »  et « moins coûteuse » que la rémunération à l’acte.

La manipulation de la FHF atteint des sommets: créer une chimère ( les actes inutiles) lui donner vie par les économies créees par son élimination, expliquer son existence par le mode de tarification…

Ici, c’est la tarification à l’activité qui est visée, mais la FHF veut plus, pour elle c’est le paiement à l’acte qui est mauvais,  que celui-ci concerne une personnalité morale ( hôpital, clinique) ou humaine ( le médecin libéral) …Et l’on comprend soudain que la FHF ait demandé et accepté un pannel constitué de 70 % de médecins libéraux dont la réponse au questionnement sur les actes «  après coup » valide le raisonnement de la FHF!

L’ennemi est là, pour cette administration publique de la santé :  le médecin libéral, la clinique privée .
La FHF oublie bien sûr de mentionner que précisément la paiement à l’acte en médecine de ville a le meilleur ratio coût / qualité du système sanitaire Français …

« Les résultats de l’enquête montrent enfin que 70 % des Français estiment que le sujet est insuffisamment abordé dans le débat public. 78 % pensent que les politiques de santé ne s’en préoccupent pas assez. »

Fin de la manipulation : créer une chimère, lui donner vie par les économies entrainées par son élimination, lier son existence au mode tarifaire des médecins libéraux ou des établissements, induire une frustration due à son invisibilité dans le débat !

Last but not least la FHF lance une étude sur 5 actes afin de montrer les disparités de pratiques suivant les régions.
Nul ne sait, au vu des exemples choisis, si la multiplication du geste ou de l’acte est un bien ou un mal, seul compte l’effet recherché : donner une image concrète à l’acte supposé inutile.
De la manipulation…

Dr Jérôme Marty, président UFML-S

 

 

 

 

 

UFML-S vous donne la parole:

indiquez-nous le pourcentage de vos actes que vous jugez non pertinents en cliquant ici

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

©2018

Logo UFML SYNDICAT 144Merci de visiter notre site.

Aidez-nous à défendre vos droits et notre profession !

Par exemple, en vous inscrivant à notre newsletter.

 

 

Logo UFML SYNDICAT 144

Comment agir pour qu’il y ait ENFIN une vraie Révolution de la Gouvernance du système de santé en France ?

Devenez membre de notre Syndicat  !

Bouton rejoignez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?