La psychiatrie française est en déshérence: Jacqueline Goltman, vice-présidente UFML-S accuse dans le Figaro

«À l’hôpital, l’administration devient toute-puissante et le rythme est de plus en plus difficile. Lorsque j’en suis partie il y a deux ans, nous n’avions droit qu’à un quart d’heure par patient»

Dr Jacqueline Goltman, psychiatre et vice-présidente du syndicat de médecins UFML-S

Pour sortir les malades des hôpitaux, on a supprimé 50 % des lits en trente ans, sans que les moyens alloués au suivi en ambulatoire ne suivent, regrette le Dr Jacqueline Goltman, psychiatre et vice-présidente du syndicat de médecins UFML-S.

«À l’hôpital, l’administration devient toute-puissante et le rythme est de plus en plus difficile, témoigne-t-elle. Lorsque j’en suis partie il y a deux ans, nous n’avions droit qu’à un quart d’heure par patient.

Cela n’a aucun sens en psychiatrie!»

Obtenir un lit en urgence devient un défi. «Mais dire “je n’ai plus de lit” à un jeune schizophrène de 18 ans qui délire, voit des têtes de mort et ne sent plus son corps, c’est un crime!»

 

Enquête à lire dans cet article du Figaro: 

 

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

©2018

Logo UFML SYNDICAT 144Merci de visiter notre site.

Aidez-nous à défendre vos droits et notre profession !

Par exemple, en vous inscrivant à notre newsletter.

 

 

Logo UFML SYNDICAT 144

Comment agir pour qu’il y ait ENFIN une vraie Révolution de la Gouvernance du système de santé en France ?

Devenez membre de notre Syndicat  !

Bouton rejoignez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?