Lettre à vous

Vous venez de passer des mois covid, des mois uniques, des mois historiques. Et, comme tous, déconfinés, alors que les chiffres baissaient vous espériez la sortie, le retour du naturel. Nous venons de passer des mois covid, dans les hôpitaux, les cliniques, les cabinets…

Nous avons changé nos pratiques, nous nous sommes adaptés, nous avons construit une médecine de priorités.

Comme tous, nous voudrions revenir à l’habituel, au suivi, à l’imprévu, au doute, à la médecine de chaque jour… Pas encore… le virus est là encore. D’invisible, il redevient visible, passant de l’un à l’autre avec d’autant plus de facilité que l’un l’oublie et que l’autre lui ouvre la porte. L’hiver et le printemps ont été frappés, déformés, transformés par la covid19, le temps en a été changé, des mois nous ont été volés… Vient l’été, la chaleur, les vacances, la liberté… Si il y a quelques semaines nous espérions qu’il reculerait, nous avons vu qu’il n’y avait pas de saisonnalité, le virus se fout de la chaleur, il aime les vacances et se déplace  là où vous vous déplacez. Il vous utilise, se projette en gouttelettes et en lieu clos, aérosolisé, il reste en suspension dans l’air que vous respirez… Il se sert de vous parfois sans que vous le sachiez, sans donner le moindre signe, et à votre tour, vous l’expectorez, vous l’aérosolisez… Au suivant, au suivant… Il passe de l’un à l’autre et de l’autre à l’un, il contamine sans trop hospitaliser, sans trop se montrer, il se multiplie et laisse croire que tout est terminé … et certains le croient, pour ceux-là : « c’est fini, il n’y a pas de réanimation, les territoires déjà atteints sont protégés et ne seront pas touchés une nouvelle fois»… ils ont tort. Les patients fragiles n’ont pas cessé de se protéger et les lieux de possibles grandes diffusions comme les transports en commun, respectent le port de masques. Ainsi sans terrain propice, le virus diffuse, mais il est ralenti et pour l’instant n’explose pas…

Pour l’instant, pour encore combien de temps ? Le virus est là, encore, c’est un fait et c’est à nous, qui que nous soyons, quoique nous fassions, de nous adapter. A nous de continuer à vivre, prendre des vacances, travailler, nous déplacer, à nous de ne pas bloquer nos vies, mais de les adapter pour le bloquer  lui.

A nous d’adopter des gestes simples :

-En intérieur:

  • Porter un masque en lieux clos avec concentration populationnelle pour diminuer ainsi l’aérosolisation virale, se protéger et protéger l’autre.
  • Aérer les pièces, ouvrir grand les fenêtres, retrouver les réflexes de nos grands- parents face aux maladies infectieuses respiratoires.

– En extérieur :

  • Porter un masque si la distanciation physique ne peut être respectée.
  • Maintenir ces distances qui nous protègent et protègent ceux qui nous font face.

-En intérieur et en extérieur :

  • Se laver très régulièrement les mains au savon ou avec une solution hydro alcoolique. Ces gestes simples doivent être observés, répétés, partagés, en une somme de petits changements de vie pour éviter de nouveaux drames, de nouveaux bouleversements. La deuxième vague est possible et, parce qu’elle est possible, elle doit être évitable.
Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2020

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?