Lettre ouverte à Madame Firmin Le Bodo Ministre déléguée auprès du ministre de la Santé et de la Prévention

Madame la Ministre ce jeudi 24 novembre, devant l’association des journalistes de l’information sociale vous avez dit à propos du mouvement de grève des médecins libéraux les 1 et 2 décembre « Ce n’est pas le bon moment » pour faire grève « ils sont de moins en moins populaires », « je sens sur le terrain que le sentiment de nos concitoyens à l’égard des médecins commence à changer. Beaucoup de nos concitoyens ne comprennent pas pourquoi ils n’ont plus accès à un médecin » « j’en appelle à la responsabilité de chacun »

Madame Firmin Le BodoMadame la ministre j’en appelle à votre responsabilité !

Votre responsabilité dans ce que vivent les Français.

En un raccourci manipulatoire vous tentez de rendre les médecins coupables des difficultés que rencontrent les français à accéder à un médecin. Madame la Ministre, ils n’y sont pour rien, les responsables politiques y sont pour beaucoup, et vous en êtes. Vous avez épousé une carrière politique, vous avez gravi les échelons, jusqu’à être ministre délégué, et cela vous impose de porter votre part de responsabilité dans les lois et décrets qui ont amené à la situation actuelle. Les médecins eux sont restés soignants, et ont traversé ces années aux cotés de leurs patients. De loi en loi, de décrets en décrets, ils se sont adaptés, et ils ont maintenu le système, jusqu’à l’épuisement, jusqu’à la désespérance, parfois jusqu’au drame… Ils ont maintenu le système « quoiqu’il en coute » madame la Ministre, et vous, vous qui avait accepté, accompagné ou voté des lois inadaptées, insuffisantes, parfois dangereuses, vous en appelez à leur responsabilité, et avec le plus grand cynisme vous transformez les conséquences des politiques en causes. Les difficultés d’accès aux soins sont les conséquences directes des politiques de santé successives. Le nombre de médecins et leur répartition sont ces mêmes conséquences, en faire des causes n’est pas la moindre des saloperies.

« Ce n’est pas le bon moment » nous dites-vous, ah bon ? Vous nous expliquerez ce qu’est un bon moment, dans l’attente je vais vous rappeler quelques « bons moments »

C’est le bon moment toute l’année de soigner dans des conditions déplorables, à 55 h par semaine sans capacité à salarier une secrétaire ou un assistant. Pour rappel madame la ministre, les médecins ne vendent pas de pastilles mentholées, d’huiles essentielles, de lotion anti-rides, de shampoing colorant, ou pire de gélules sucrées remplies de rien…

Non madame la Ministre, point de diversification commerciale pour eux.

C’est le bon moment pour essayer d’absorber une demande de soin explosive quand des consœurs ou confrères épuisés déplaquent ou partent sans être remplacés.

C’est le bon moment quand par votre volonté de ne pas développer la médecine libérale vous nous imposez d’être maltraitants,

Mais surtout…

C’était le bon moment, de se placer face à la Covid sans masques ni moyens de protections.

C’était le bon moment, pour des dizaines d’entre nous de mourir de soigner parce que votre gouvernement, dirigé par votre président de parti était incapable de leur fournir ces protections, mentait sur leur disponibilité présente ou à venir, et construisait sa politique de santé publique sur les manques.

C’est le bon moment, de vous rappeler cela madame la Ministre.

Ainsi nous serions de moins en moins populaires…ce n’est pas dévoiler un secret que de rappeler que vous m’avez dit exactement la même chose, la même phrase, lorsque je vous ai rencontré dans votre bureau pour l’UFML Syndicat, il s’agit donc d’un élément de langage que vous utilisez comme un mantra.

Je vous ai répondu madame le Bodo, les français ont confiance en leur médecin en des taux jamais démentis de 89 à 94%, et si ils peuvent manifester une légitime colère elle n’est pas contre les médecins, mais bien contre celles et ceux qui ont construit leurs difficultés. Vous pouvez toujours désigner les médecins coupables de ces difficultés et irresponsables, vous gagnerez probablement un peu de temps en les salissant, mais au final la responsabilité sera toujours vôtre.

Le sentiment de nos concitoyens va changer et il va changer vite quand ils percevront les résultats de votre politique. Le Titanic coule et vous jouez du violon sur le pont, dramatique…

La santé libérale est au sol, vous allez la redresser en donnant quelques actes de médecins aux infirmières, aux kinés et beaucoup aux pharmaciens, vous allez financer 10000 assistants et demander aux médecins qu’ils voient ainsi plus de patients, toujours plus, et qu’ils tiennent encore le système de santé à bout de bras, quoiqu’il en coûte ou plutôt quoiqu’il leur en coûte. Le même nombre de soignants, le même nombre de patients et comme par magie la résolution de l’accès au soin …sur mon terrain « IRL » les infirmières croulent sous la demande de soins et font souvent des journées de plus de 12 h, les kinés refusent du monde et les pharmaciens n’ont pas de capacités à ajouter de l’acte à l’acte (même si certains installent des cabines de téléconsultations, il y a des margoulins partout…). Dans la vraie vie, votre plan ne résout rien, il jette de la poudre aux yeux aux gogos en un sinistre tour de bonneteau : peu importe la moindre qualité, peu importe l’épuisement, il faut faire croire à l’action, il faut gagner du temps, il faut sauver le cul du politique.

Alors oui madame la Ministre, nous allons faire grève et nous allons le faire précisément parce que nous prenons nos responsabilités, parce que nous n’acceptons plus le sabotage de nos exercices, parce que nous ne cautionnons plus la casse de notre médecine. Oui nous allons faire grève parce que nous ne voulons plus êtres maltraitants, oui nous allons faire grève parce que nous n’avons pas d’autres moyens et que votre politique comme votre négation des responsabilités passées, nous y obligent.

Cette grève nous la reconduirons si les faits nous l’imposent, et nous le ferons là encore en responsabilité. Nous sommes médecins madame la Ministre, nous avons fait ce choix, cet engagement, nous voyons plusieurs fois par an une immense majorité de la population française, nous les voyons individuellement en un colloque singulier des millions de fois répétés. Ils nous parlent, ils se confient, plus qu’ils ne le feront jamais à un politique ou derrière un comptoir, alors ne venez pas nous faire la leçon, nous savons mieux que quiconque les difficultés et les drames. Nous prendrons nos responsabilités, nous les avons toujours prises, les 1 et 2 décembre, nous fermerons.

 

Docteur Jérôme Marty
Président de l’UFML Syndicat

8 Commentaires
  1. gadarinian 2 mois Il y a

    Que peut-on rajouter,tout est dit,la situation est bien triste,mais elle est réelle !

    • gaignoux 2 mois Il y a

      Elle et ses collègues sont aussi responsables de la non prescription des thérapies retirées indûment du commerce avec le conseil de l’ordre comme garde chiourme contre l’avis des Dr Perrone et Raoult . La non liberté de prescrire c’est du jamais vu!

  2. Dr HASSID Gérard 2 mois Il y a

    Bravo pour cette réponse sincère et réaliste à des déclarations irresponsables et démagogiques dont les politicards qui prétendent nous gouverner sont coutumiers.
    Il est grand temps de se mobiliser: halte aux dénigrement, halte au harcèlement, halte au burn out organisé, halte à l’étatisation forcenée, halte aux honoraires déshonorants: la médecine libérale est en danger de mort! Ne soyons pas complices de sa disparition !

  3. PLANTARD 2 mois Il y a

    Réponse parfaitement idoine qui décrit l’historique cruel de la situation, le cynisme de certains responsables politiques qui dirigent notre pantin de Ministre actuel.
    Depuis Jack Ralite (1981-1984) la médecine est matraquée. Les mandarins ont disparus mais la haine antimédecin se poursuit jusqu’à nos jours et se retrouve dans les termes employés par La Ministre Le Bodo. Ma génération (je suis retraité depuis 10 mois) s’est couché devant ces politiques et représentants de l’administration indéboulonnables . Les chefs de cabinet et autres qui passent d’un ministre à l’autre ont une action pernicieuse quand les Ministres sont faibles . Chers confrères, faites enfin une vraie grêve. Yves PLANTARD

  4. Maheu Emmanuel 2 mois Il y a

    Très bien Jérôme !
    Énergique et sans concession.
    Marre d’être désignés comme boucs émissaires parce qu’on ne fait pas des journées de 12, 13 ou 14 heures.
    Et j’ai 65 ans (plus de 40 années de boulot), suis en cumul emploi-retraite et paye des cotisations CARMF supérieures à la retraite que je perçois!
    Petit point de détail : fais relire tes courriers ou déclarations pour les fautes d’orthographe
    Amicalement,
    Emmanuel Maheu

  5. GANZIN 2 mois Il y a

    En cumul emploi-retraite, j’estime que c’est devenu un sacerdoce vu ce qu’on paye à fond perdu à la CARMF et la tache administrative chaque jour un peu plus lourde qui nous abrutit de fatigue.
    On commence à s’interroger !

  6. Hans Linderoth 2 mois Il y a

    Mais, où va la France ?
    Et comment réagit le CNOM face à cet harcèlement verbal des médecins de la part des caisses et des (autres) pouvoirs publics, dans ce pays ??

    M.G. (retraité)

  7. Luca 2 mois Il y a

    Les ROSP obligent le médecin à la maltraitance
    Demander 50 euros la consultation c’est bien refuser les ROSP en plus c’est mieux
    On rémunère correctement le médecin et il retrouve sa liberté

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2023

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de Confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services
Ouvrir la discussion
1
Besoin d'aide ?
Scan the code
Bonjour,

comment puis-je vous aider ?

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?