lutte contre le coronavirus et usage du 49.3, le gouvernement demande aux médecins libéraux d’établir une ligne Maginot en les privant de leur réserves !

Communiqué de presse :

lutte contre le coronavirus et usage du 49.3, le gouvernement demande aux médecins libéraux d’établir une ligne Maginot en les privant de leur réserves !

Paris, le 02 mars 2020

En faisant usage de l’article 49.3 de la constitution hier pour accélérer l’adoption de la réforme des retraites, le gouvernement d’ Edouard Philippe plante un couteau dans le dos des médecins libéraux en pleine épidémie de coronavirus.

 

L’UFML-S dénonce cette méthode alors qu’il n’y a aucune urgence à adopter ce texte qui va baisser les pensions des médecins de 33% , diminuer l’attractivité d’une profession qui connaît un taux de burn-out de près de 50% et accroitre les déserts médicaux.

 

Pour UFML-S, placer les médecins libéraux en 1ère ligne alors qu’ils ne disposent pas des équipements pour faire face à l’épidémie de coronavirus ( non-distribution de masques FFP2 pour les cabinets médicaux de ville ayant obligés certains médecins à devoir être placés en quatorzaine, manque de solutés hydro-alcooliques sur certains territoires) constitue un exemple de plus de l’inefficacité des pouvoirs publics à anticiper les besoins de cette profession.

Ces mêmes pouvoirs publics qui en absorbant des régimes autonomes et bénéficiaires tentent de détourner leurs réserves pour combler le déficit des caisses qu’il n’ont pas su gérer depuis plusieurs décennies 

 

L’UFML-S dénonce ainsi la mise en danger des médecins et soignants libéraux et se réserve le droit de porter plainte s’il est avéré que ceux-ci ont été mis en danger par l’absence de moyens mis à leur disposition (pourquoi n’y a t’il pas eu de constitution de réserve de masques de protections de type FFP2 alors que le risque de pandémie face au coronavirus était connu ?)

 

La médecine libérale se retrouve dans la tourmente face à ces deux problèmes qui surviennent au même moment.

Face au risque de voir leur effectifs gravement diminuer en cas de crise sanitaire du fait de l’étatisation de leur système de retraite, dont le niveau dépendra d’une valeur de point flottante, l’UFML-S appelle les médecins   à se lever, à la rejoindre, ainsi que le Collectif SOSretraites et se portera notamment à côté du Conseil national des Barreaux pour attaquer en constitutionnalité le projet de réforme des retraites du gouvernement.

 

 

 

Relation presse :

​​​​Laurent Payet / Langage et Projets Conseils

​​​laurent@lp-conseils.com / 01 53 26 42 10 / 06 89 95 48 87

 

​UFML syndicat : le syndicat de l’union française pour une médecine libre

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2020

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?