« Le 15 mars, les médecins doivent obtenir le retrait de la loi de santé », affirme l’UFML