les raisons d’une lettre au Conseil National de l’Ordre des Médecins

Communiqué de presse : les raisons d’une lettre au Conseil National de l’Ordre des Médecins

Paris, le 10 février 2020, 

 

C’est toute la société française qui est traversée par une forte mobilisation contre la réforme des retraites vers le système universel voulu par notre gouvernement

 

On sait d’ores et déjà que les professions libérales avec leurs régimes autonomes seront les grandes perdantes de cette réforme avec des hausses de charges, des baisses de pensions,un flou sur l’avenir de leurs réserves et sur la future valeur du point, bref tous les voyants sont au rouge.

Les 18 professions concernées se sont regroupées depuis en un “Collectif Retraite” de protestation, une première manifestation est organisée le 16 septembre à Paris suivie d’une seconde le 3 février 2020 .

Cependant dès le début ,on observe des disparités de mobilisation sur le terrain au sein des principaux acteurs concernés  .

Les avocats sont et restent les plus actifs ,les plus mobilisés  et seront mis en contact avec leur ministre de tutelle . 

Les avocats ont le soutien sans faille du CNB ( Conseil National du Barreau) qui appuie et accompagne leur mouvement de grève dure et toutes leurs formes d’actions .

 

Le CNB représente les 70000 avocats et les 164 barreaux français . Il a voté la poursuite du mouvement le 7 février 2020 à travers ses 70 membres élus avec de nouvelles perspectives de négociations que nous suivrons de prêt .

 

Qu’en  est-il pour les médecins libéraux ?

 

L’UFMLS a été lanceur d’alerte sur les dangers de cette réforme de nos retraites dès février 2019 et a participé à toutes les actions avec le Collectif, incitant les autres syndicats de médecins à la rejoindre, car nous avons tout à y perdre pour l’avenir  . Le constat est là et  L’UFMLS s’interroge sur le silence de notre CNOM ( Conseil national de l Ordre des Médecins ) face à ce problème sociétal qui nous concerne  et ce changement de paradigme pour nos futures retraites.

Elle rappelle que le CNOM est l’interlocuteur des pouvoirs publics, qu’il a pour mission de défendre les intérêts des patients et de la profession de médecin, il doit garantir   l’éthique et la déontologie et des conditions d’exercice sereines. Elle ne peut s’empêcher de faire une comparaison entre l’attitude du CNB et celle du CNOM.

 

 Cette réforme des retraites  ne respecte pas la solidarité professionnelle (article 37)   et met à mal la médecine libérale en diminuant son attractivité, elle exclut la médecine de la gouvernance, la met sous sous tutelle en lui faisant perdre son indépendance.     

                                                                                            

Ce silence nous inquiète, cette absence de soutien nous questionne, il nous pèse et 

l’UFMLS a donc décidé d’envoyer une lettre que nous joignons pour avoir des réponses à toutes ces questions et pour obtenir des éclaircissements et un véritable positionnement de notre instance. 

 

 

Relation presse :

​​​​Laurent Payet / Langage et Projets Conseils

​​​laurent@lp-conseils.com / 01 53 26 42 10 / 06 89 95 48 87

 

​UFML syndicat : le syndicat de l’union française pour une médecine libre

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Logo UFML Syndicat ©2020

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?