Réponse à un cadre PS soutien de la signature conventionnelle

Jerome Marty

Jerome MartyEn réponse à C Pigement du PS qui argumentait en faveur de la signature en parlant de savoir privilégier l’intérêt commun…

Jérôme Marty exact Claude Pigement et c’est pour cela qu’il faut voter contre cette convention. L’intérêt général est de mettre à bas une loi dont le seul but est de mettre la médecine au pas , de renforcer encore un pouvoir administratif alors que tout ses voyants sont au rouge précisément du fait d’une trop grande présence administrative, une loi qui détruit le secret médical et la liberté d’être soigné , ouvre grand la porte aux mutuelles et aux réseaux de soins .

Mais également il est urgent de ne pas signer pour revoir de fond en comble la gouvernance, le financement et la démocratie sanitaire (parodie de démocratie devrais- je écrire), revoir le dogme de l’ONDAM, revoir les pouvoirs des ARS et autres agences, revoir le système conventionnel obsolète dans sa temporalité comme dans sa composition. Il est urgent de ne pas signer alors que le ministère définit le périmètre des négociations , alors que l’assurance maladie a perdu sa part d’indépendance devenant par la loi un rouage direct de l’état chargé de veiller à l’application des décisions de l’état. L’intérêt général c’est cela ! Pas des règles pipeautées, pas du dogmatisme et de l’idéologie, et surtout pas la poursuite d’une dynamique de l’échec de politiques successives menées dans la plus grande défiance des professionnels de santé et en particulier des libéraux. L’intérêt général est de mettre un terme au système qui accepte que les politiques transforment les conséquences de leurs actes en causes et rendent les médecins coupables et comptables de leurs errements.

Jean Paul HamonJean Paul Hamon Ne t’énerve pas Jérôme Claude en bon politique passe la pommade discrètement mais sûrement car il se dit que cette signature peut être exploitée politiquement. On allumera les contre feux Claude. Nous ne confondons pas la convention avec la loi Jérôme et le partage des données, les cadeaux aux complémentaires, le dépeçage de la médecine tout cela nous y sommes opposés autant que toi. Nous détricoterons la ROSP ET j’espère que la droite supprimera le CAS OPTAM ET cette discrimination de remboursement des actes. Nous pèserons pour cette modification des études se fassent et que tous les internes connaissent l’exercice libéral .on a du boulot mais que là ministre ne s’avise pas de communiquer sur cette signature

 

 

 

Jerome MartyJérôme Marty je sais bien que tu le crois JP mais nous ne faisons pas la même analyse ;  signer est un piège, parce que tu apportes sur un plateau la raison de ne pas porter le sujet santé au cœur de la campagne (“après tout si les médecins signent c’est qu’ils ne sont pas si mecontents” sera le leitmotiv des politiques de droite comme de gauche) ” en médecine y a que des coups à prendre” est leur gimmick. De plus et c’est cela le plus grave, le système est à bout de souffle et la signature lui prête vie. 25 euros et les autres augmentations ne résoudront rien, c’est la poursuite de la politique du chien crevé au fil de l’eau et de “encore une minute monsieur le bourreau” certains s’en sortiront, mais nous abandonnons un peu plus les jeunes générations qui voient leur choix de vie se restreindre, or la liberté c’est le choix. La médecine libérale rendue indigeste et  non attirante continuera à rebuter, seule possibilité offerte : plus de ROSP plus de MSP plus d’obéissance, IL FAUT REFUSER UN AVENIR IMPOSE

Réponse à Claude Pigement 

souffrez que je ne partage pas votre analyse, la signature est aujourd’hui une reddition et vous le savez bien ce qui explique votre soutien à celle ci. Vous faites partie d’un gouvernement qui a fait du dogmatisme et de l’idéologie un art politique et ainsi a fait le choix de la disparition du modèle libéral français. Jamais aucun gouvernement n’avait poussé à ce point la logique mortifère d’un état centralisateur où des non médecins décident de l’organisation sanitaire et imposent. Jamais il n’y a eu autant de décalage avec des soignants plus que jamais ciment sociétal. Vous vous êtes coupés du terrain, vous avez construit sur la défiance et propagé la désespérance ! Vous avez fait le choix du mensonge cachant la vérité des chiffres aux Français. Vous avez cultivé les déserts sur tout le territoire, masqué les départs hors de France de nombre de nos professionnels. Vous avez fait le choix d’une médecine verticale et aux ordres là où il fallait une horizontalité et de la confiance. Pas un secteur de la médecine n’est épargné , du secteur public mis en coupe réglée par des GHT où seul compte l’intérêt économique au secteur privé fragilisé et soumis de fait aux regroupements et aux fonds de pension, à la médecine de ville bien sûr que vous continuez à massacrer, le mot n’est pas trop fort au vu de statistiques de suicides, de burn out, de souffrances et d’abandons, avec des tarifs indignes d’un pays développé ;  indigne de ce que doit être la responsabilité politique. Avec un harcèlement administratif constant, des attaques perpétuelles d’un ministère qui méprise les médecins au point de ne quasi jamais prononcer ce simple mot qui qualifie leur vocation. Vous avez soutenu jusqu’à l’outrance les mutuelles et autres complémentaires et créé les conditions du développement des réseaux de soins, dont aucun pays du monde qui en a fait l’expérience n’a à ce jour pu montrer l’exemple d’un gain de qualité sanitaire.

Passer le bébé et l’eau du bain dans le dos des Français, promettre l’égalité et construire la marchandisation du soin sera la marque de votre gouvernement.

Vous avez choisi d’ouvrir la boite de Pandore de la rupture éthique par la mise en danger du secret médical avec la création d’une base de données patients alors même que votre parti politique s’était opposé à la base élève de Xavier Darcos en 2008 . Vous êtes aujourd’hui totalement incapables de garantir la sécurité des données de chaque Français . Souffrez Claude Pigement que nous ne soyons pas d’accord et que nous mettions un point d’honneur à insister sur le fait qu’il n’est qu’une urgence : lutter sans relâche contre ce dogmatisme sans logique sanitaire, et nous battre pour construire avec des politiques courageux, ( il y en a encore, on peut l’espérer), visionnaires, un autre modèle sanitaire que celui qui prévaut.

Face à l’encadrement, la verticalité, la centralisation,, la défiance, la caporalisation, il faudra construire sur la confiance, la souplesse, la reconnaissance, la démocratie sanitaire la gouvernance à plat ! Les médecins et l’ensemble des soignants ne peuvent continuer à être comptables des erreurs économiques , et de l’impéritie décisionnelle d’une classe politique qui a oublié la plus élémentaire logique, et ne gouverne que par ajustement ! Nous n’acceptons plus, c’est en fait assez simple, de voir notre médecine se dégrader parce que votre gestion politique impose de limiter l’ONDAM a des niveaux dangereux pour la qualité de la pratique. Votre bilan est désastreux . On ne négocie pas avec des porteurs d’échec.

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

©2018

Logo UFML SYNDICAT 144Merci de visiter notre site.

Aidez-nous à défendre vos droits et notre profession !

Par exemple, en vous inscrivant à notre newsletter.

 

 

Logo UFML SYNDICAT 144

Comment agir pour qu’il y ait ENFIN une vraie Révolution de la Gouvernance du système de santé en France ?

Devenez membre de notre Syndicat  !

Bouton rejoignez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?