Fin de la pièce ?

Dominique Thiers Bautrant

Dominique Thiers Bautrant

Je ne suis pas certaine que tout le monde ait bien compris ce qui arrive en France.
La destruction de notre tissu sanitaire au profit … d’autre chose.
L’UFML l’avait annoncé voilà plus de 4 ans.
Grâce à une campagne calomnieuse d’une très grande violence,  grâce à une solidarité professionnelle plus que fragile du fait d’un syndicalisme plus compétitif que constructif, grâce à la qualité de la communication huilée ministérielle et assurantielle, et bien d’autres facteurs, le résultat est là : les pharmacies ferment, les médecins déplaquent, les hôpitaux craquent, les soignants se suicident, le niveau de la médecine française baisse aussi vite que n’augmentent les cotisations à des assurances qui ne vous donnent que le droit d’espérer ne pas en avoir besoin.

En effet, le précédent système qui reposait sur “l’acte de soin “, trop coûteux aux yeux des comptables de la République, devra céder la place à la ” production de soins “, efficiente, contrôlable et régulable.

L’individu disparaît au profit des lignes comptables, les morts ne sont que des composants d’écarts types. L’alibi humaniste, ce sont les associations de patients grassement subventionnées et dont les rapports rempliront les oubliettes du Ministère.
Pourquoi ne pas avoir écouté les mises en garde des professionnels ?
Pourquoi ne pas avoir entendu les alertes, le désarroi ?
Structures hospitalières inadaptées, administration trop lourde, vision technocratique d’une science humaine plus qu’humaine, gabegie de l’incompétence et de l’idéologie inconsciente.
On y est.
Nageant en plein délire transhumaniste d’une médecine numérique sur un territoire où de vastes zones ne sont pas même équipées en 4G, les décideurs alternent coercition et création de nouvelles commissions ou agences pour tenter de colmater la brèche dans un système qui s’effondre.
Très froidement, je suis certaine d’une chose.
Au delà de l’assassinat économique, cette politique mise en place par Marisol Touraine, soutenue bon an mal an par l’ensemble du monde politique français dont chacun connaît la probité et le sens du devoir, tuera des milliers de français, privera de soins les plus âgés, les plus précaires, fera de l’accès aux soins un parcours du combattant FAUTE DE SOIGNANTS.
Le système que l’on est en train de détruire n’a pas de relève, pas de solution alternative.
Nous le savons.
Mais il faudra que chaque citoyen l’apprenne à ses dépens, non par la théorisation mais par l’expérience personnelle, quotidienne.
Ce sera sans doute un peu long, mais c’est inéluctable et ça s’accélèrera à chaque épisode sanitaire. Pas grave, un mandat électoral, ce n’est que 5 ans.
La grippe n’a pas été pire que les autres années, elle a seulement impacté un système à bout de souffle qui continue de se dégrader lentement mais sûrement.
De tous temps, des professions ont disparu, d’autres sont apparues.
Mais jamais aussi violemment, avec un tel cynisme, au profit unique d’objectifs comptables et donc de la Grande Finance.
Le triste spectacle de la campagne présidentielle est le vrai visage de la politique française.
Ses choix en sont le reflet.

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

©2018

Logo UFML SYNDICAT 144Merci de visiter notre site.

Aidez-nous à défendre vos droits et notre profession !

Par exemple, en vous inscrivant à notre newsletter.

 

 

Logo UFML SYNDICAT 144

Comment agir pour qu’il y ait ENFIN une vraie Révolution de la Gouvernance du système de santé en France ?

Devenez membre de notre Syndicat  !

Bouton rejoignez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?