L’esprit de la loi

Communique de presse

Communique de presseLa ministre Marisol Touraine a annoncé hier soir dans une interview du Figaro sa décision de «rencontrer à nouveau l’ensemble des acteurs concernés d’ici la mi-décembre et de poursuivre la concertation déjà engagée». L’UFML rappelle qu’il n’y a rien à négocier dans un projet de loi construit sans l’avis des représentants des médecins et dont chaque chapitre relatif à la pratique médicale traduit une perte de liberté et d’indépendance des médecins. C’est l’esprit même de la loi qui est combattu.

« L’esprit de la loi est l’assujettissement de la médecine. On ne négocie pas l’esprit d’une loi, sauf à remettre en cause la base même de son existence. L’UFML appelle au refus de toute négociation et demande le retrait total d’une loi dogmatique idéologique et destructrice », déclare Jérôme Marty.

Le récent sondage IFOP montre à nouveau que la renonciation aux soins n’est pas motivée par des motifs financiers mais par des délais d’obtention de rendez-vous trop longs. Avec le tiers payant généralisé, la loi ne répond pas du tout au problème. Ce sont les postulats mêmes sur lesquels repose la loi qui sont faux.

Pour l’UFML et pour la majorité des médecins, l’opposition totale au tiers payant généralisé repose sur le refus sans condition de l’assujettissement au financeur que cette réforme mettrait de fait en place.

La loi de santé donne tout les pouvoirs aux ARS sur les médecins : obligation d’installation, choix des pratiques, droit de vie ou de mort sur les établissements privés, suppression du secteur 2.

En médecine libérale comme dans le secteur public hospitalier, ce projet de loi méprise les médecins par la création d’un corps d’obéisseurs, d’officiers de santé aux ordres de l’administration. Plus grave, la loi de santé ouvre grand les portes de la financiarisation, du désengagement de la Sécurité sociale et prépare les réseaux de soins.

La médecine de France ne peut accepter de voir disparaître la liberté et l’indépendance de ses acteurs, car elle est garante de la qualité de notre système sanitaire et de la protection des droits les plus élémentaires des patients : libre choix de son médecin et accès à des soins non bornés par des contingences économiques.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

©2018

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?