PLFSS 2023 ET RADIOLOGIE : Y A-T-IL UN PILOTE DANS L’AVION ? – Communiqué de UFML X-Ray Dr Henri Guerini

Dr Henri GueriniLa lecture conjointe du texte sur le PLFSS 2023, du rapport de la Cour des comptes et du texte sur la réforme des autorisations d‘équipement lourd (scanner, IRM) oblige à se demander s’il y a vraiment un pilote dans l’avion ?

D’abord, le texte sur le PLFSS 2023 prétend à une économie supplémentaire de 150 millions d’euros sur l’imagerie médicale, et recommande dans le même temps un audit sur les forfaits techniques qui servent à financer les équipements lourds.

Ensuite, la Cour des comptes rappelle que la France reste sous-équipée par rapport aux autres pays (nombre d’appareils/habitants) et que, dans un contexte de pénurie en appareils, en radiologues et manipulateurs, notre pays se retrouve vice-champion de la productivité.

Sans doute dans la foulée, et faisant suite à des dizaines d’années de restriction d’autorisations d’équipements lourds, voilà que le sphincter administratif vient de lâcher il y a quelques semaines un décret qui va permettre, avec un allègement des procédures, d’installer librement encore davantage d’appareils.

Or la tutelle n’ignore pas les deux faits suivants : 1/ le prix des appareils a explosé en quelques mois à cause de la pénurie de leurs composants et 2/ une brutale augmentation du parc des IRM et scanners engendre inévitablement une pénurie relative de manipulateurs-radio, avec une prévisible augmentation de leurs prétentions salariales (la Cour des Comptes a d’ailleurs rappelé, il y a quelques jours, que les hôpitaux sont déjà en sous-effectifs de manipulateurs, et que, faute de moyens humains, certains appareils du service public doivent fermer à 16h et d’autres qui viennent d’être installés ne parviennent à ouvrir qu’avec plusieurs mois de retard, contribuant ainsi à creuser le déficit des établissements publics).

Tout ceci, sans parler de l’inflation, aggravant également les charges liées aux équipements lourds.

Les centres de scanner et d’IRM se trouveront donc écartelés entre une aggravation de leurs charges et la prétention de la tutelle à vouloir augmenter le nombre de machine tout en  réduisant les moyens de leurs acquisitions et de leur fonctionnement.

L’incompatibilité de fait entre la prétention administrative à faire des économies, l’explosion du coût des machines et la pénurie de moyens humains va conduire les radiologues à dépasser les limites de l’hyperproductivité signalée par la Cour des comptes. Une telle course aux cadences extrêmes ne peut qu’exposer aux risques de l’affaissement de la qualité des examens et des diagnostics, sans compter l’achat par les nouveaux centres d’appareils « low-cost » aux images souvent dégradées, pilotées par des « aides-manipulateurs » non-diplômés embauchés sous couvert de « délégation des tâches ».

Pour rappel, dans le secteur privé, l’investissement financier pour les équipements lourds se chiffre à plusieurs millions d’euros pour un centre d’imagerie (appareils, travaux d’installation et d’isolation, matériel, maintenance des appareils) qui proviennent uniquement des emprunts contractés par des radiologues libéraux, et les forfaits techniques servent, examen après examen, à honorer le remboursement des emprunts bancaires et les salaires des employés (manipulateurs, secrétaires). L’État se permet déjà depuis plusieurs années de rogner avec une belle constance sur la valeur des forfaits techniques prenant ainsi en otage les services d’imagerie.

Il n’est donc pas difficile de comprendre que, loin de vouloir économiser 150 Md’€, il faut au contraire notablement adapter l’enveloppe du financement de l’imagerie à l’inflation des charges fixes, sans attendre que les structures existantes s’effondrent, sans parler de l’impossibilité pour de nouveaux centres, pourtant attendus par la tutelle, de voir le jour…

Un audit ne servirait visiblement qu’à perdre un temps précieux, peut-être dans l’espoir pour la tutelle de faire passer ni vu ni connu l’économie de 150M d’euros, avant d’avoir à se rendre à l’évidence de son méfait.

Alors, y a-t-il vraiment un pilote dans l’avion ? L’État ne compterait-il pas plutôt enclencher un pilote automatique contrôlé au sol par les investisseurs financiers qui, aux aguets d’une radiologie en burn-out, voudront apparaître comme les sauveurs d’un avion mis en perdition par 15 ans d’une politique d’économie que nous n’avons cessé de dénoncer ?

Le scandale des fonds de pension et des EPHAD n’a-t-il pas suffi ? L’exemple de la biologie n’a-t-elle pas servi de leçon ? Les milliards d’euros de tests COVID qui sont tombés dans les poches des fonds qui détiennent les laboratoires de biologie médicale n’auraient-ils pas été plus utiles à un tissu de biologistes maîtres de leurs structures et payant leurs impôts en France ? L’État veut-il que la même chose arrive à la radiologie ?

L’UFML SYNDICAT demande que tous les acteurs se mettent autour d’une table (radiologues, syndicats, CNAM, ordre des médecins et sociétés savantes) et qu’un dialogue cohérent se mette en place avant que l’avion ne s’écrase.

 

Docteur Henri GUERINI

pour l’UFML-X-Ray

logo UFML Xrays

2 Commentaires
  1. Scared 2 mois Il y a

    L’etat, géré par des fonctionnaires et politiciens, demande aux liberaux de travailler plus, pour compenser le defaut d’investissement de l’etat en soins. Bien évidemment, ces memes politiciens s’exonerent de toute responsabilité a la situation actuelle, mais n’envisagent pas de remettre en cause leurs substantiels avantages, sans resultat positif. Dans les pays anglo-saxons, les sachants font et les idiots se taisent.

  2. Scemama 1 mois Il y a

    Comment rester indépendant dans un environnement favorisant les groupes financiers qui ont l’oreille des politiciens et des ars ?
    Cette situation ne pourra perdurer
    Le seul événement favorable est la création. Du groupe Corail par les internes de radio et les chefs de clinique qui sont déjà plus de 900 et veulent se battre pour conserver leur liberté
    Rejoignez les !!!

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2022

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de Confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services
Ouvrir la discussion
1
Besoin d'aide ?
Scan the code
Bonjour,

comment puis-je vous aider ?

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?