Au secours !

Logo UFML SYNDICAT22 Janvier  2018

Au secours !

Lettre ouverte à Mme le Pr Agnès Buzyn Ministre de la santé et au Dr Patrick Bouet Président du Conseil National de l’Ordre des Médecins.

« Vous capterez de nouveaux clients, fidéliserez votre portefeuille, et vous optimiserez vos coûts d’exploitations »…  « Réussissons ensemble le pari de construire une communauté d’utilisateurs captifs et heureux.»

Ces mots que l’on pourrait penser tirés d’un discours managérial pour des cadres d’affaires sont tenus par les dirigeants d’une plateforme de téléconsultation, à destination de dirigeants de mutuelles.

Le genre de  plateformes de téléconsultations dont l’exploitation a été autorisée par l’État  et qui entendent ubériser la médecine.

Ces plateformes présentent une offre de téléconsultation  à 3,95 euros la minute pour l’une et à 29 euros les six minutes en moyenne pour l’autre, dans le cadre d’un interrogatoire décrit comme anonymisé :  3.95 euros la minute soit 2.37 fois le tarif de base d’un médecin généraliste  pour une consultation de 15 minutes  sans examiner le patient et sans avoir l’assurance des détails de son histoire de vie.

Cette  offre est annoncée également comme gratuite puisque pouvant être financée par des organismes assurantiels ou mutualistes et des entreprises  qui dès lors l’intègrent  dans leurs avantages, forfaits ou propositions commerciales. Une entreprise qui se situe dès lors en lien financier direct (si elle finance le service) ou indirect (si c’est l’institut de prévoyance de l’entreprise qui finance le service).

Le « gain de productivité lié au salarié qui ainsi ne quitte pas l’entreprise pour aller consulter » est mis en avant par ces plateformes ainsi que la fidélisation du portefeuille et l’optimisation des coûts  d’exploitation !  Ces plateformes proposent aux financiers d’acheter une marque blanche pour améliorer leurs profits, ils rétribueront alors les médecins affiliés, le conflit d’intérêt est majeur, le risque de dérive immense.

Que dit leur communication ? :

  • Médaviz « a choisi de se rémunérer par l’intermédiaire d’autres sociétés. Elle entend vendre son service par abonnement à des entreprises qui le proposeront à leurs salariés, ainsi qu’à des mutuelles qui pourront l’inclure dans leurs prestations…»
  • « Performante, souple et fiable, Hellocare est LA solution agile de télémédecine. Extrêmement rapide à déployer en marque blanche, elle vous permet d’étoffer votre offre en santé digitale et d’en tirer profit pour satisfaire vos clients et leurs salariés. »

Faut-il rappeler que la médecine a été, suite au mouvement de la profession et par la sagesse du législateur, écartée des réseaux de soins ?

Les plateformes de téléconsultations qui se rient de l’éthique et de la déontologie apparaissent comme des outils qui pourraient permettre  de contourner la loi !

Alors que les discussions conventionnelles sur la télémédecine et ses déclinaisons débutent entre l’assurance maladie et les syndicats de médecins, que des bornes tarifaires et d’exploitations vont être définies, il apparaît   inconcevable que les services de l’État autorisent des structures en une véritable jungle financière sans limite tarifaire, sans encadrement éthique au seul but du profit immédiat.

Madame la ministre, Monsieur le président, nous vous appelons au secours, c’est à l’ubérisation de la médecine que nous assistons !  Une ubérisation qui n’hésite pas à fouler au pied le socle de notre art, sa déontologie et  qui menace son indépendance professionnelle.

Ces valeurs  sont un rempart   contre toutes les dérives, nous en appelons à vous pour les protéger.

Les nouvelles technologies ouvrent de formidables possibilités et jamais la médecine n’a pu imaginer avenir plus prometteur.  Cet  avenir doit s’écrire avec le courage du présent,   ne laissez pas s’installer cette violence faite à notre médecine .Que serait une médecine considérée comme un bien marchand ? Garantissez à nos patients et à tous les Français l’intemporalité de nos valeurs.

Je vous prie de bien vouloir agréer,  Madame le Ministre d’État, Monsieur le Président l’expression de ma haute considération,

Dr Jérôme Marty

Président de l’Union Française pour Une Médecine Libre Syndicat

Tags:
2 Commentaires
  1. peripathos 6 mois Il y a

    Certains , comme le Dr Marty semble t-il , sont de grands utopistes ou des aveugles persévérants qui prennent nos dirigeants , actuels et passés , pour des humanistes contre toute évidence !
    C’est au peuple , à ce qui reste de sain(t) , dans cette société , comme dans un organisme , qu’il faut en appeler . Sinon je crains qu’on y aille tout droit quelles que soient nos gesticulations et nos “phrases” .

  2. Zigmund 6 mois Il y a

    (puisque j’ai accepté votre comm ) et au cas où le Dr Marty ne prenne pas le temps de vous répondre : de ce que je sais le dr Marty n’est pas un utopiste et il est conscient des zônes d’ombre de ceux qui lui font face. Avons nous un autre choix que de poursuivre la lutte engagée depuis 5 ans ?

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

©2018

Logo UFML SYNDICAT 144Merci de visiter notre site.

Aidez-nous à défendre vos droits et notre profession !

Par exemple, en vous inscrivant à notre newsletter.

 

 

Logo UFML SYNDICAT 144

Comment agir pour qu’il y ait ENFIN une vraie Révolution de la Gouvernance du système de santé en France ?

Devenez membre de notre Syndicat  !

Bouton rejoignez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?