Demander peu pour obtenir rien

La CSMF va signer et, d’un côté les spécialistes de Gasser vont accompagner et développer le forfait à l’épisode de soin pour la chirurgie  (dénoncé par la SOFCOT et le BLOC) qui ne prend pas en charge les complications d’une intervention et fait que les patients à risque ne seront plus opérés.

De l’autre côté les généralistes de Duquesnel vont expérimenter le forfait pour les  maladies chroniques, incapables  de voir pour ces confrères  que la même chose sera appliquée, c’est à dire que c’est l’assurance maladie qui définira le niveau de soins et donc  à partir de quelle complication, dès lors considérée comme une faute de soin, elle ne finance plus !!!

J’accuse donc la CSMF par le biais de ses présidents : Jean Paul Ortiz pour la CSMF,  Patrick Gasser pour l’UMESPE et Luc Duquesnel pour les généralistes de vouloir une fois de plus collaborer à un système qui

1/ va enfermer spécialistes et généralistes dans une logique comptable

2/ va transformer le socle de la médecine «  l’obligation de moyens » en « obligation de résultats »

3/ va entrainer la sélection des patients au bénéfice des patients les moins lourds ou les moins à risque de complications

4/ va organiser le soin sur des critères purement comptables

5/ va développer les réseaux de soins qui assureront le reliquat non pris en charge par le forfait de l’assurance maladie moyennant des sur complémentaires toujours plus chères

6/ va construire un système inégalitaire devant la maladie

J’accuse Jean Paul Ortiz, Patrick Gasser, Luc Duquesnel d’absence de sens politique. Après avoir accepté et signé les recommandations médicales opposables, et la ROSP qui ont assujetti la profession à l’assurance maladie et ouvert la porte à une politique de santé définie  par le seul intérêt économique, ils ont porté l’avenant 8 et ses tribunaux d’exception !

Incapables d’analyse, ils n’ont eu de cesse que de discuter la loi de modernisation de la santé sans jamais demander son abrogation alors que l’article 1 de cette loi nie l’existence même d’un vrai paritarisme.

J’accuse Jean Paul Ortiz Patrick Gasser et Luc Duquesnel de se satisfaire du système actuel que leur structure syndicale a, année après année, participé à construire et de se soumettre au bon vouloir d’une assurance maladie devenue par la loi de modernisation de la santé, agent de l’État  « une fois accepté le discours du directeur de l’assurance maladie qu’il n’était pas possible de doubler les tarifs des consultations au regard des contraintes économiques »

J’accuse Jean Paul Ortiz, Patrick Gasser et Luc Duquesnel d’accepter le lien tarifs -état économique du pays et la dictature de l’ONDAM.

Rien n’est à attendre de ces responsables et de cette structure qui, depuis des années, participent à l’effondrement de notre profession et qui, à chaque signature, comme les autres syndicats, acceptent l’argent conventionnel

Aucun dessein, un syndicalisme d’adaptation à la « papa m’a dit » !

Le paiement au forfait livre la profession médicale aux mains des assureurs : rien ne saurait justifier de soutenir cette abomination.

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

©2018

Logo UFML SYNDICAT 144Merci de visiter notre site.

Aidez-nous à défendre vos droits et notre profession !

Par exemple, en vous inscrivant à notre newsletter.

 

 

Logo UFML SYNDICAT 144

Comment agir pour qu’il y ait ENFIN une vraie Révolution de la Gouvernance du système de santé en France ?

Devenez membre de notre Syndicat  !

Bouton rejoignez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?