Réponse à l’UME-SPE

Réponse de UFML à UMESPE-CSMF :

L’U.ME.SPE./CSMF appelle les établissements de santé privés à se joindre au mouvement de fermeture des cabinets des médecins libéraux du 24 au 31. Constatant que, pour la première fois, l’ensemble des syndicats médicaux « portent la même analyse sur le projet de Loi de santé du Gouvernement », l’Union nationale des médecins spécialistes confédérés (U.ME.SPE./CSMF) appelle « l’ensemble des établissements de soins (…) à s’intégrer dans le mouvement d’arrêt d’activité de fin d’année aux côtés du corps médical sans appeler à cesser l’activité à d’autres dates que celles prévues (…) afin de ne pas jouer contre l’intérêt du mouvement ».

Pour U.ME.SPE./CSMF, il est indispensable que l’ensemble des forces d’opposition pour lesquelles les points de blocage convergent (notamment le tiers-payant généralisé et le service territorial de santé au public) « conduise à des actions collectives dans le même temps ». « L’objectif est commun. La mobilisation est de la responsabilité de tous », justifie l’Union.

L’UMESPE/CSMF sait parfaitement que demander une fermeture des établissements de santé du 24 au 31 ne sert à rien, leur activité étant réduite à 30 % en ces semaines de fêtes.
L’UMESPE CSMF est responsable avec l’UNOF des dates du premiers mouvements, dates décriées par la très grande majorité des médecins de villes, généralistes ou spécialistes.
L’UMESPE CSMF s’est vue obligée de recentrer la communication de la CSMF et en particulier de l’UNOF sur la Loi de Santé du fait de la pression de la base qui, en plus des dates choisies n’acceptait pas des revendications autres que le retrait de la Loi.
L’UMESPE CSMF essaie de manipuler les médecins et les médias par l’affirmation d’un leadership sur un mouvement qui va lui échapper, poussé par la colère de la base face à un bilan catastrophique pour la structure qui aime à s’appeler premier syndicat de France.
L’UMESPE CSMF sait que si l’ensemble du monde libéral soutien le mouvement du 23 au 31 il ne saurait y avoir d’autre solution que l’existence d’un deuxième mouvement encore plus dur à partir du 5 Janvier face à un éventuel échec du retrait de la Loi.
L’UMESPE CSMF sait la puissance de l’arme de l’arrêt d’activité illimité du secteur privé hospitalier, puissance d’autant plus importante qu’elle est utilisée en période de forte activité et non de congés!
L’UMESPE CSMF ne peut ignorer que la ministre propose actuellement à la fédération de l’hospitalisation privée , de développer le CAS pour garder leurs missions de services publics
L’UMESPE CSMF a revendiqué la paternité du CAS là ou l’UFML, la FMF et le Bloc s’y sont opposés.
L’UMESPE CSMF influerait-elle sur les propositions d’une ministre plus que jamais ennemie de la médecine libérale?
L’UMESPE CSMF devrait arrêter de tenter de manipuler une profession qui paie depuis trop longtemps ses errements conventionnels
L’UFML rappelle qu’il ne peut y avoir qu’un but , le retrait de la loi, et que pour cela chaque partie doit mobiliser toute sa puissance de feu !

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

©2018

Logo UFML SYNDICAT 144Merci de visiter notre site.

Aidez-nous à défendre vos droits et notre profession !

Par exemple, en vous inscrivant à notre newsletter.

 

 

Logo UFML SYNDICAT 144

Comment agir pour qu’il y ait ENFIN une vraie Révolution de la Gouvernance du système de santé en France ?

Devenez membre de notre Syndicat  !

Bouton rejoignez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?