Viser haut, rester droit *

Communique de presse

Communique de presseCommuniqué de presse UFML du 24/12/2014

 

Le front uni s’est constitué dans un seul but : le retrait de la loi santé, outil d’assujettissement des médecins à l’état, à ses relais ARS et aux organismes d’assurances maladie financeurs laisser à penser que le TPG pourrait être acceptable sous conditions d’aménagement et de garantie de rapidité de paiement ou demander 25 euros, ne relève pas de ce but commun.

L’UFML rappelle aux deux centrales syndicales MgF et CSMF qu’elles n’ont pas vocation à déterminer sans consultation de la profession , la hauteur de la hausse tarifaire dont elle relève.

Demander une augmentation de deux euros pour la consultation ne repose sur aucune justification et est pour l’UFML une insulte de plus faite à la médecine générale, profession au plus bas de la moyenne Européenne en matière d’échelle tarifaire, alors même que 25 euros représente selon les données de l’INSEE et en euros constants , la valeur du C en 2001 !

L’UFML demande aux 2 centrales syndicales MGF et CSMF de faire preuve de courage et de réalisme. Demander 25 euros pour le C c’est prendre le risque de bloquer pour des années toute revalorisation tarifaire et de favoriser encore une hausse des rémunérations forfaitaires contre le respect d’indicateurs.

L’UFML rappelle que l’immense majorité des médecins libéraux est opposée au TPG aménagé ou pas , sous garantie de rapidité de paiement ou pas. Le TPG est l’arme qui permettra à l’état comme au financeur d’asservir les médecins et d’agir sur leurs pratiques et sur leurs prescriptions.

Accepter le TPG , aménagé ou pas , sous garantie de rapidité de paiement ou pas c est accepter une médecine aux ordres, c’est accepter pour demain, les lettres clés flottantes et les quotas d’actes.

Accepter le TPG , aménagé ou pas, sous garantie de rapidité de paiement ou pas, c’est accepter pour demain la possibilité pour l’état de désengager progressivement et de manière invisible, pour le patient comme pour le médecin, la sécurité sociale au bénéfice des organismes complémentaires.

Accepter le TPG, aménagé ou pas, sous garantie de rapidité de paiement ou pas, c’est donc accepter que demain la profession médicale devienne à remboursement sécurité sociale minoritaire et rentre dans les critères définis par la Loi Leroux pour soumettre la médecine aux réseaux de soins fermés, les médecins aux pouvoir des organismes complémentaires et les patients au chantage économique du remboursement différencié.

L’UFML rappelle son opposition totale au TPG aménagé ou pas, sous garantie de rapidité de paiement ou pas , sa demande récurrente d’alignement des tarifs de base des médecins de France sur la moyenne Européenne et son combat pour le retrait de la loi de santé avant réécriture avec les représentants de la profession, rendu non négociable du fait des atteintes à la liberté et à l’indépendance des médecins qu’elle institue.

*Charles de Gaulle.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

©2018

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?