La stratégie du mensonge

Twitter

Twitter@DominiqueThier1

Dominique Thiers BautrantAinsi, les dépassements d’honoraire les plus importants seraient pratiqués dans les établissements publics, triplant voire quadruplant les tarifs opposables tandis que les cliniques resteraient dans des fourchettes bien plus modérées .
http://bfmbusiness.bfmtv.com/
Mais alors, si l’hôpital peut couter jusqu’à 4 fois plus cher que les cliniques, est il bien judicieux de renforcer encore l’hospitalocentrisme, d’accroitre la pression sur les établissements privés au risque de voir disparaitre tout ou partie de cette offre de soins ?

Rappelons qu’ à ce jour, entre autres tracasseries, le projet de loi prévoit l’interdiction des compléments d’honoraire pour les praticiens des établissements privés, mais des mesures dérogatoires dans les établissements publics…
L’esprit de la Loi, initialement tout à l’égalité et l’accés aux soins, devient tout à coup plus flou, lorsqu’une cible , semble t’il majeure, est ratée.
Sauf si les dépassements d’honoraire ne sont pas les vraies cibles, si les véritables enjeux sont ailleurs.
Ce n’est pas fini.
On apprend aussi, ébahis, qu’ Etienne Caniard n’est plus aussi sévère avec les dépassements d’honoraires car, touché par la grâce, il admet que “sans financement complémentaire, on ne peut pas rémunérer les professionnels de santé en fonction de la qualité de la prestation”.http://www.mutualite.fr/
Il propose alors de contractualiser individuellement avec les professionnels, remboursant ou payant sous une autre forme que les honoraires à l’acte, ces compléments sous réserve d’un contrôle des prescriptions.
Et voilà, nous y sommes !
C’est donc officiel : la médecine à 2 vitesses entrera en vigueur en France.
Les complémentaires vont créer des surcomplémentaires, contractualisant individuellement avec des médecins , les réseaux se mettent donc en place, car c’est ce qu’a toujours voulu la Mutualité, c’est ce qui anime les rédacteurs de la loi santé .
Faisons le lien avec la Loi santé : l’organisation du TPG incombe aux complémentaires (alinéa 8 article 18), elles ont la main sur le financement, et ce d’autant plus que, conscientes des difficultés à la fois de paiement et de poursuite de l’activité aux tarifs actuellement pratiqués, les surcomplémentaires arrivent à point.
Sous réserve de contractualisation individuelle, elles proposeront :

  • aux patients, des contrats plus coûteux mais plus protecteurs ;
  • aux praticiens la mise en place du TPG et de rémunérations complémentaires sous réserve d’adhérer aux réseaux et de laisser guider le stylo des prescriptions.

Ainsi donc les pratiques médicales seront controlées au choix, soit seulement par les ARS aux tarifs opposables reconnus insuffisants par monsieur Caniard lui même, chantre de l’accès aux soins, soit par les ARS et par les complémentaires .
Dans le premier cas, qu’adviendra t’il donc des maisons de santé ou autres centres largement subventionnés dans u premier temps, et après ? Fermetures, abandons, redirections sur les villes voisines, l’hôpital ?
La Loi Santé est donc bel et bien construite sur un mensonge, ses défenseurs mentent, soit par omission soit par conviction lorsqu’ils l’affirment tournée vers l’accés aux soins.
La Loi aggravera les déserts médicaux par destruction de la médecine de proximité, par découragement d’une profession qui se voit sommée de renoncer à son indépendance, au secret médical si elle veut continuer à pouvoir seulement exercer son art.
La Loi santé aggravera les inégalités d’accès aux soins en créant de facto une médecine à plusieurs vitesses sous contraintes financières d’assureurs privés .
La Loi Santé condamne la liberté de choix des patients sans leur apporter aucune garantie ni de qualité ni de moindre coût, bien au contraire.
On a peine à croire que ce projet soit porté par des parlementaires responsables, et encore moins soutenu par des confrères.

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

©2018

Logo UFML SYNDICAT 144Merci de visiter notre site.

Aidez-nous à défendre vos droits et notre profession !

Par exemple, en vous inscrivant à notre newsletter.

 

 

Logo UFML SYNDICAT 144

Comment agir pour qu’il y ait ENFIN une vraie Révolution de la Gouvernance du système de santé en France ?

Devenez membre de notre Syndicat  !

Bouton rejoignez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?