Lettre ouverte à Mr Mounir Mahjoubi

Monsieur le Secrétaire d’Etat,

Sur France Inter, vous vous êtes récemment exprimé au sujet de la société Doctolib en une intervention qui tenait presque de la publi-information

Doctolib pour stocker des données de santé respecte les plus hauts standards de sécurité sur le stockage des données
C’est une boite française qui a plusieurs centaines de salariés, qui est en train de révolutionner la santé en France et en Europe
Qui peut devenir le leader mondial de la santé dans les prochaines années, faut qu’on soit fier aussi de nos boites…”

Permettez moi de vous répondre, moi le médecin généraliste, secteur 1, conventionné à 25 euros, et mettre en exergue ce que renferment vos propos.

Il faut être fier de nos boites et de leur expansion“, avez vous déclaré “des entreprises de la santé” précise le journaliste Nicolas Demorand face à vous , c’est vrai que la réussite de Doctolib est insolente, et ce au vrai sens du terme et je m’en explique.

Pour consacrer la réussite de Doctolib il faut plusieurs paramètres.

D’abord il faut un système sanitaire et au sein de ce système sanitaire il faut des praticiens du soin, médecins, infirmier(re)s, kinésithérapeutes, aides soignant(e)s etc. Bref il faut des soignants. Ces soignants voient leurs tarifs bloqués au plus bas de la moyenne européenne, par votre gouvernement Monsieur le Ministre, comme par les gouvernements précédents.

Ces difficultés induites des mains qui soignent ,créent précisément le terreau sur lequel se développe Doctolib.
Monsieur le ministre, vous n’avez pas de mots assez forts pour saluer la réussite financière de Doctolib et le gouvernement auquel vous appartenez n’a lui aucune volonté de permettre le développement économique des professions du soin, là est la première insolence.

Monsieur le Ministre, alors que vous flattez la société Doctolib et que vous saluez sa réussite, celle ci favorise le développement de pratiques sectaires ciblées par la Milivitudes telles que, le Reiki ou la kinésiologie, ou encore, de Fakes-médecines telles que, « Energéticiens, Naturopathe ou autres Fakemed  » en les faisant apparaître sous la phrase générique “prendre rendez vous en ligne chez un confrère” et, sous la marque “Doctolib” ou le préfixe “docto”, renvoie à des professions médicales réglementées, en une tromperie construite et réfléchie.

La start-up nation que vous représentez, à cet instant, applaudit une entreprise qui met au même niveau, et en une politique marchande, la médecine et des exercices qui ne sont en rien des professions du soin. C’est la deuxième insolence.

C’est une boite qui est en train de révolutionner la santé en France et en Europe
Qui peut devenir le leader mondial de la santé

Monsieur le Ministre, ces mots sont la troisième insolence. La société Doctolib n’est pas une simple plateforme de rendez vous, c’est effectivement une “boite” qui entend révolutionner la santé au sens politique du terme…
Sans décision politique !
Et vous vous en réjouissez !
Il faut en être fier, dites vous ?

À quel moment a-t-on demandé l’avis des patients ?
À quel moment a-t-on demandé l’avis des soignants ?
A quel moment a-t-on expliqué que demain, la santé serait aux mains de puissances privées ?
A quel moment a-t-on décidé que la puissance publique devait baisser fanion et accepter le discours marketing entrepreneurial start-upper ?

Mr le Ministre, pouvez vous garantir que Doctolib ne se vendra pas demain à l’acheteur étranger le plus offrant, et ne livrera pas ses données à d’autres règles de droit brisant ainsi le cadre sécuritaire numérique Français.
Vous le savez , vous ne le pouvez pas…

Je ne suis qu’un médecin généraliste, Monsieur le Ministre, président d’un syndicat qui a fait, de la défense des valeurs de nos métiers, son socle fondateur, c’est en ce sens, que je vous alerte. Les femmes et les hommes qui soignent sont le moteur de notre système de santé, c’est leur réussite qu’il faut favoriser, et c’est leur courage à le tenir tous les jours à bout de bras qu’il faut saluer. Oublier ceux là et parler de “leader mondial de la santé” pour une entreprise c’est n’être plus ministre mais VRP du risque permettez-moi de vous le rappeler.

Recevez, Monsieur le Secrétaire d’Etat, l’expression de ma haute considération.

Dr Jérôme Marty
Président UFML-S

Tags:
7 Commentaires
  1. Suzanne Heck 2 mois Il y a

    Bravo bravo bravo Mr Marty
    Surtout ne changez pas

  2. Guillaume Martin 2 mois Il y a

    L’analyse sur la sécurité des données est tout à fait pertinente, et quand à la révolution du système de santé par des non soignants, on voit bien que le sytème continue un peu plus d’appauvrir les soignants au profit des prestataires qui gravitent autour, ou autres administratifs.

    Je modèrerai tout de même le propos en reconnaissant que Doctolib est un bon service de prise de rendez-vous, qui permet de récupérer les créneaux abandonnés à la dernière minute par les patients indélicats, et de fait en récupérant ses créneaux, il permet de diminuer les délais d’attente pour une consultation. Mais puisque notre grands dirigeants trouvent ce service révolutionnaire (qui est entièrement à la charge du praticien !!!), qu’ils le cotent dans la nomenclature afin que le professionnel qui l’utilise pour le confort de ses patients ne soit pas encore celui qui paye pour la communauté (un peu comme à chaque fois…)

    • paulus 2 mois Il y a

      Rappelons aussi que Doctolib est financé par des fonds qui investissent l’argent que les patients ne mettent pas dans leur santé (professionnel de santé comme nos penseurs aiment nous appeler).

  3. Jean PY 2 mois Il y a

    au bout de 40 ans d’exercice, et 3ans deretraite, ‘EST LA PREMIERE FOIS que je vois un ¨Président de Syndicat interpeller sur la facilité de certains ministres à oublier la conscience professionnels dans leur exercice – ici est l’exemple de médecins qui acceptent de payer une société de prise de rendez-vous face à la NON-GESTION de l’insuffisance………… si ancienne ( avec douze ans pour réparer) des responsables ) alors que les syndicats ouvriers sont plus enclins à défendre leurs cotisants que les travailleurs de base, sociaux, aidant aisi les entreprises à maintenir le montant de leur valeur ajoutée ; la féminisation, réflexion ni anti-féministe, ni péjorative a aussi montré l’excellent taux de présence des médecins des générations précédentes (qu’une mère de famille ne peut maintenir avec les revenus actuels).
    Le ministre de la Santé rend aussi compte aux usagers de la qualité d’exercice des soignants
    MERCI Docteur Marty pour vos actes et écrits conformes à vos soucis et à ceux de vos confrères !

  4. Francoise BELLOIR-FURET 2 mois Il y a

    Voilà chers confrères un véritable aveu de délit d’initié!

    n’aurait- on pas aussi une possibilité d’ utiliser le droit, voire jusqu’au Conseil d Etat ?
    Le problème justement c’est qu’en créant le besoin de prise de RV en ligne faute de pouvoir embaucher un ou une secrétaire, la victime , le soignant, trouve elle-même son bourreau puisque doctolib avoue lui-même n être intéressé que par la récupération des données aux fins de télémédecine plus tard!
    soit l I.A.
    Tirons en les conséquences!
    Confraternellement votre

  5. Giunti 2 mois Il y a

    Nous y sommes… le trait d’union nécessaire entre le patient et le médecin dans la e-santé est et sera Doctolib. Ils ont parfaitement exécuté leur plan opérationnel, il faut les féliciter pour cela.

    Ils ont également réussi à convaincre de nombreuses administrations hospitalières de les choisir comme interface de prise de rdv avec les patients ! Là c’est BRILLANT. L’APHP (hôpitaux publics d’Ile de France) et d’autres hôpitaux de Province “forcent” leurs patients qui veulent prendre rdv avec leurs médecins à créer un compte Doctolib… Fabuleux ! L’Etat travaille pour créer la base patients de Doctolib.
    En outre, tous les médecins présents sur l’APHP se voient également contraints de figurer par leur présence à l’hôpital dans l’annuaire Internet de Doctolib… et comme cette société dispose d’une audience très importante, le médecin n’a pas d’autres choix que de basculer son activité privée sur Doctolib sinon celle-ci sera banalisée. Génial ! L’Etat aide Doctolib à consolider sa base de médecins.

    Bref, je trouve que par de tels accords l’Etat a déjà suffisamment aidé Doctolib à assécher le marché de la prise de rdv sur Internet ; si en plus, il pouvait éviter de lui faire de la publicité sur les ondes hertziennes… ou alors on la nationalise et là on trouve enfin une cohérence à tout ce jeu d’acteurs.

  6. Patrick Contis 2 mois Il y a

    Bravo Jérôme. Mais cette entreprise mal considérée par les responsables syndicaux obtient de façon magique des autorisations des CHU pour organiser les RV hospitaliers.
    Quel scandale !

    Patrick Contis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

©2018

Logo UFML SYNDICAT 144Merci de visiter notre site.

Aidez-nous à défendre vos droits et notre profession !

Par exemple, en vous inscrivant à notre newsletter.

 

 

Logo UFML SYNDICAT 144

Comment agir pour qu’il y ait ENFIN une vraie Révolution de la Gouvernance du système de santé en France ?

Devenez membre de notre Syndicat  !

Bouton rejoignez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?