Précieuses ridicules sur le plateau de C dans l’air

 

Selon Mme Brigitte Dormont, la médecine libérale Française serait la plus rentable de l’OCDE ! Et il n’appartient donc pas aux médecins, ces nantis, ces enfants gâtés, de se plaindre.
Sur le plateau de C dans l’air ce jeudi 30 Novembre, tous le monde acquiesce.

Le sujet du débat est : «Coût de la santé, le rapport qui accuse » Après le rapport de la Cour des Comptes qui a enflammé le jour même la profession et provoqué l’étonnement des journalistes spécialisés face à l’agression caractérisée des médecins constituée  par les solutions proposées.

C dans l’air Coût de la santé : le rapport qui accuse

Pour les participants au débat,
Il n’est qu’une vérité « au royaume des aveugles, les borgnes sont rois » et, Mme Dormont, économiste protégée, dont la Chaire à Paris Dauphine est financée par des banques et des organismes mutualistes, est la porte parole de cette théorie.

Les conflits d’intérêts nuisent gravement à la politique de santé, par Christian Lehmann

C’est un peu le « vous êtes pas si malheureux, taisez vous ! »

Naturellement, les intervenants du soir tous assis dans le velours douillet de leurs vies protégées n’ont pas un mot sur le fait qu’après trente ans de politique sociale à la française:

Il y a aujourd’hui 10 millions de précaires
25 % des salariés sont en hyper stress,
la dépression, le burn out sont devenus des affections banales,
La jeunesse ne peut espérer que rarement gagner plus que ses parents
Le suicide frappe les agriculteurs, les forces de l’ordre, les enseignants, les soignants, en une communauté du drame, celle du ciment sociétal.

Pas un mot non plus sur la fracture entre le peuple, la vraie vie, et les responsables politiques après 30 ans de scandales, de favoritismes, d’égoïsmes, de modèle technocratique, de centralisme, et de main mise de l’ENA et de ces cercles d’obéisseurs sur la société Française.

Cevipof: baromètre de la confiance politique

Pas un mot, pour finir, sur les conséquences de cette politique sur le système sanitaire français, dont ces chiffres traduisent la gravité:

30 % de postes vacants de praticiens hospitaliers à l’hôpital Public
6 à 9 % de taux d’installations en médecine de ville au sortir des facultés
30 % de médecins généralistes en moins sur Paris
25 % de diplômes étrangers inscrits à l’ordre des médecins en 2016
55 ans de moyenne d’age
4.5 % d’augmentation tarifaire en 30 ans

Lettre à Madame Buzyn – Madame la Ministre : « La priorité ne doit plus être la revalorisation des actes. »

2,5 fois la moyenne nationale en terme de taux de suicides des médecins
100 % de médecins en épuisement professionnel !

C’est mon boulot. Les professionnels de la santé tous épuisés et en grande “souffrance”,  révèle une enquête

Rien sur le fait que c’est précisément le rôle de la profession médicale que de faire face et d’être là, présente pour écouter, calmer, réparer les victimes cabossées par le modèle politique et social Français.

« Vous n’êtes pas si mal, taisez vous » ce raisonnement est la violence imbécile des certitudes établies.
Il valide les théories dirigistes du rapport de la Cour des Comptes

L’avenir de l’assurance maladie: rapport de la Cour des comptes

Obligation d’installation en des zones géographiques définies
Mise en réserve prudentielle d’une part de rémunération contre respect d’indicateurs
Augmentation des plages d’ouvertures des cabinets médicaux
Limitation de la validité du diplôme à 5 ans contre certification
Etendue de la rémunération sur objectifs de santé publique

Un rapport qui poursuit la vassalisation du soignant ;  rappelons que la loi de modernisation de la santé a rendu :

L’état responsable de la politique de santé
Les ARS relais de l’état
L’assurance maladie, organisme chargé de veille à l’application de la loi
Le ministère de la santé responsable de la définition du périmètre des négociations conventionnelles

Le médecin n’est donc pour Mme Dormont, celle là même qui voyait dans le tiers payant , un outil permettant d’agir sur les pratiques des médecins, qu’un objet, un élément de cette société soumise à la volonté de quelques maîtres politiques ou financiers auxquels, n’en doutons pas, tout au long de sa vie, elle a fait allégeance.

Les idées développées au cours de ce débat méprisant à l’égard des Français ne sont que flatulences d’un petite caste d’obéisseurs protégés loin des réalités , experts de leurs erreurs , précieuses ridicules, leur place est au coté du rapport de la Cour des comptes , au fond des poubelles de l’histoire.

Dr Jérôme Marty, président UFML-S

 

 

Tags:
2 Commentaires
  1. Ratte 10 mois Il y a

    Excellent article!!

  2. Roly la canaille 10 mois Il y a

    Merci Jérôme
    En fin quelqu’un qui
    À quelque chose au fond du pantalon
    Ils sont Parisiens jusqu’au fond des semelles ne connaissent rien de la vie des citoyens de la basse Province qui vivent avec 800 € par mois et qui a la fin du mois à 21 jours il ne reste à manger que des pâtes
    il n’y a qu’à aller voir à carrefour Marquet le rayon pâtes à la fin du mois
    Bandes d’Enarques nanti qui ne vivent que d’indemnités non soumises à la CSG non déductible
    Votre heure de disette ;messieurs les Jacobins ;viendra quand nous n’auront plus assez d’argent pour faire la révolution
    Relisez Wizards or hid dans Charlie de 1968

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

©2018

Logo UFML SYNDICAT 144Merci de visiter notre site.

Aidez-nous à défendre vos droits et notre profession !

Par exemple, en vous inscrivant à notre newsletter.

 

 

Logo UFML SYNDICAT 144

Comment agir pour qu’il y ait ENFIN une vraie Révolution de la Gouvernance du système de santé en France ?

Devenez membre de notre Syndicat  !

Bouton rejoignez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?